27/09/2019 - Stationnement (2)

Ordre du jour

Partie sur les données statiques

  • 9h45 - 10h15 : Cadre légal de l’ouverture des données et formats réglementaires (DGITM) Consulter le support de la présentation ici

  • 10h15 - 10h30 : Fonctionnement du Point d’accès national (équipe transport.data.gouv.fr) Consulter le support de la présentation ici

  • 10h45 - 11h30 - Démarche d’ouverture des données de stationnement optionnelle et volontaire proposée par le PAN (équipe transport.data.gouv.fr). Consulter le support de la présentation ici

  • 12h - 12h30 - Atelier - Comment peut-on améliorer le schéma actuel ? (équipe transport.data.gouv.fr)

  • 11h30 - 12h - Cas d’usage de réutilisation des données de stationnement : Here Technologies

Partie sur les données dynamiques

  • 13h30 - 14h : Présentation de cas d’usage et défis identifiés (équipe transport.data.gouv.fr) Consulter le support de la présentation ici.

Ce que la LOM change pour les collectivités

  • 14h - 15h30 : Quelles nouveautés pour les collectivités territoriales avec la Loi d’Orientation des Mobilités ? (partie animée par la DGITM). Consulter le support de la présentation ici.

Date et lieu

27 septembre 2019 à Bordeaux Métropole Salon d’honneur, hôtel de Bordeaux, Bordeaux

Ressources

Participants Inscrits

Producteurs de données : Métropole de Bordeaux, Métropole de Grenoble, Métropole de Lille, Métropole de Metz, Nantes Métropole, Nice Côte d’Azur, Ville de Paris, Mairie de Perpignan, La Roche sur Yon, La Rochelle, Le Grand Poitiers, Toulouse Métropole.

Experts Stationnement : La SCET, FNMS, Flowbird, Parcub, Parcus, Group Indigo, Sareco, Egis, APDS, Statiom.

Réutilisateurs de données : Cityway, Qucit, Blue Systems, Mappy, Here Technologies.

Animation de la réunion : DGITM (Bernard Schwob, Benoît Queyron), équipe transport.data.gouv.fr (Ishan Bhojwani, Béatrice Mercier, Martin Rueda).

Résumé de la démarche proposée

1. Pour une ouverture à court terme, nous proposons à ceux qui le souhaitent de s'appuyer sur un schéma de données (qui n’est pas un format ni une norme, mais un modèle simple qui permettra de maximiser les réutilisations). Une session de travail avec des collectivités et des réutilisateurs sera organisé dans les deux semaines suivants la rencontre pour confirmer le schéma. Une fois les colonnes de la base arrêtées, l’équipe du PAN consolidera toutes les bases publiées en France pour créer une première base nationale (pas de travail demandé aux producteurs). La mise à jour de la base se fera au fur et à mesure par l'équipe du PAN. Ce n'est donc pas un outil de saisie, mais une démarche provisoire destinée à permettre une ouverture immédiate et à maximiser les réutilisations. Les collectivités et réutilisateurs souhaitant participer à cette session (qui prendra la forme d’une conférence téléphonique) peuvent se manifester en écrivant à contact@transport.beta.gouv.fr.

2. Il existe une norme pour les données de stationnement : NeTEx. Un groupe de travail de la commission de normalisation a été créé pour construire un "profil", sous-ensemble de la norme pour la France, en nous appuyant sur l'expression des besoins remonté par l'atelier stationnement. Son animateur est Thierry Brusseaux, présent à la réunion ; ce profil devrait être finalisé d’ici la fin de l’année 2019.

3. Dès que ce profil sera disponible, les données pourront également être ouvertes selon ce profil. Par ailleurs, un convertisseur pourra être mis en place, pour aider celles et ceux ayant publié un jeu de données en utilisant le schéma CSV proposé par le PAN.

Historique du travail effectué par l’équipe du Point d’Accès National sur l’ouverture des données de stationnement

Une première rencontre a été organisée le 24 avril 2019 dernier : ce fut l’occasion pour l’équipe du PAN (Point d’Accès National) de rencontrer l’écosystème d’acteurs travaillant sur la donnée de stationnement, de comprendre les besoins, et d’identifier un certain nombre d’acteurs pilotes volontaires pour co-construire une méthode d’ouverture des données satisfaisante à la fois pour les producteurs et les réutilisateurs. Le but de la démarche ? S’assurer que le voyageur puisse connaître l’offre disponible (de manière théorique et en temps réel) de places de stationnement.

Une vingtaine de villes et agglomérations en France ont déjà ouvert des données de stationnement en open data, souvent en format csv, geojson ou shapefile, sans suivre de standard ou de norme, puisqu’il n’existait pas vraiment de standard ou de norme facilement utilisable. Il en résulte un corps très hétérogène de données, qui ne présentent pas toutes les mêmes informations et sont donc très peu, voire pas réutilisées. Bref, le pire des scénarii : les producteurs de données ont passé de nombreuses heures à préparer et libérer des données sur la localisation et la description de leurs infrastructures de stationnement, mais ces informations précieuses pour les usagers n’ont été que rarement exposées dans les applications grand public, alors que les réutilisateurs (calculateurs d’itinéraires, solutions GPS, autres éditeurs d’applications) sont demandeuses !

Les différents réutilisateurs souhaiteraient des données ouvertes harmonisées, pour que les réutilisateurs n'aient pas à faire des développements spécifiques pour chaque territoire qu'ils souhaitent intégrer à leur service. Le plus simple pour assurer une information la plus complète possible pour les automobilistes : la possibilité, en un clic, et avec un développement simplifié, d’intégrer tout le territoire français en une seule manipulation.

Nos objectifs :

  • Aider les producteurs à valoriser leurs données et apporter des informations plus fiables aux usagers (et répondre à la fameuse question “où puis-je me garer”) ;

  • Comprendre les besoins des producteurs et des réutilisateurs ;

  • Aider les producteurs et les réutilisateurs à respecter les exigences du règlement européen, et notamment la norme NeTEx qui s’applique pour les données de stationnement.

Pourquoi créer un schéma CSV pour les données stationnement ?

Bien qu'un profil NeTEx (suivant le modèle européen Transmodel et au format XML) sera bientôt défini pour la France, l'équipe transport.data.gouv.fr souhaite répondre aux besoins des producteurs et des réutilisateurs pour proposer une manière simplifiée d'ouvrir des données de stationnement hors voirie et d'en maximiser la réutilisation. En effet, un schéma csv présente de nombreux avantages :

  • Le schéma CSV est facilement exploitable par la plupart des réutilisateurs qui n’ont pas besoin de gérer la complexité du NeTEx. En particulier, si les grosses entreprises réutilisatrices vont pouvoir, à terme, gérer des échanges de données avec des fichiers suivant la norme NeTEx, ce ne sera probablement pas le cas des "petits" développeurs et éditeurs d'application, qui préfèrent manipuler du CSV ;

  • Les producteurs peuvent générer un fichier CSV de manière immédiate. Le groupe de travail sur le profil NeTEx français ne s’est pas encore réuni, il y a très peu d’outils de saisie. En revanche, pour le CSV, il y a beaucoup d’outils disponibles, y compris les outils internes (par exemple SIG) qui permettent de faire des générations immédiates. Même si un profil est défini début 2020, cela demandera du temps avant que les différents producteurs de données puissent générer du NeTEx facilement ;

  • Le CSV est utilisable immédiatement par les réutilisateurs. Les fournisseurs de service présents à la réunion ont exprimé une demande forte à ce que les données soient disponibles rapidement car la demande de leurs utilisateurs est forte ;

  • Un convertisseur de la base vers le profil NeTEx retenu pourra facilement mis en place, pour réduire les coûts de mise au norme et faciliter la saisie de ces données par les collectivités.

Questions-Réponses et autres retours de la salle

  • L’obligation d’ouverture concerne-t-elle uniquement les services publics, ou les services privés sont-ils également concernés ?

L’obligation d’ouverture des données pouvant servir à l’information voyageur concerne à la fois les services publics et les services privés. Le règlement (UE) 2017/1926 dispose clairement :

Afin de faciliter l'échange et la réutilisation de ces données pour la mise à disposition de services complets d'informations sur les déplacements, les autorités chargées des transports, les opérateurs de transport, les gestionnaires d'infrastructure ou les fournisseurs de service de transport à la demande, selon le cas, devraient rendre accessibles aux utilisateurs les données statiques, les métadonnées correspondantes et les informations sur la qualité des données, par l'intermédiaire d'un point d'accès national ou commun.

Le projet de Loi d’orientation des Mobilités dispose :

“ 5° Lorsqu’elles confient la gestion du stationnement en ouvrage ou sur voirie à un prestataire, les collectivités territoriales et leurs groupements sont responsables de la fourniture des données mentionnées au même 3°. Elles peuvent en confier la charge à ce prestataire ;” (article 9 de la Loi d’Orientations des Mobilités)

  • Le règlement européen rend obligatoire l’ouverture des données lorsque ces données sont disponibles ou existantes. Qu’est ce que cela signifie ? Parfois il y a des données disponibles mais nécessitant des développements informatiques importants pour être mises aux normes.

Réponse de la DGITM : une donnée est considérée comme étant “disponible” dès lors qu’elle existe dans les systèmes d’information, mais elle est pas nécessairement aux normes. Si cette donnée existe, elle doit être rendue disponible et elle doit être mise aux normes.

  • La mise aux normes va impliquer des coûts énormes pour la collectivité, et le calendrier nous impose d'ouvrir les données en 2020. Quelle est la définition des parkings relais ? Est-on obligé de communiquer des informations sur la disponibilité ?

Dans un parking sans contrôle d’accès, les informations sur la disponibilité du parking sont une donnée qui n’existe pas. Ce ne sont donc pas des données pertinentes.

  • De ce que je comprends, on s’oriente donc vers l’utilisation de NeTEx pour le référencement de données de stationnement. Pour décrire les accès intermodaux à ces parkings, il faut que les même agglomérations qui ouvrent leurs données de stationnement dans ce format fournissent également les données théoriques de leur offre de transport en commun en NeTEx. Aujourd’hui cette information n’est pas disponible pour toutes les agglomérations.

Réponse des équipes du PAN : Il est prévu de produire un outil de conversion GTFS vers NeTEx prochainement.

  • Le schéma que vous proposez qui va servir à la construction de la Base Nationale, concerne-t-il les parkings en ouvrage ou les parkings en enclos ?

Réponse de l’équipe du PAN : Le schéma concerne aussi les parkings barriérés / en enclos.

  • Une fois la donnée publiée, est-ce qu’on a un obligation pour que cette donnée soit à jour ?

Réponse de la DGITM : la réponse est oui.

Prochaines étapes pour le schéma des données de stationnement (Base Nationale Consolidée) par les équipes du PAN

  • Organiser une session de travail avec des collectivités et des réutilisateurs pour arrêter le schéma de la base CSV (quelles colonnes sont rendues obligatoires et lesquelles restent facultatives) dans la prochaine quinzaine. Les collectivités et réutilisateurs souhaitant participer à cette session (qui prendra la forme d’une conférence téléphonique) peuvent se manifester en écrivant à contact@transport.beta.gouv.fr ;

  • Faire converger les conventions de nommage (terminologie) avec le profil NeTEx ;

  • Créer une base nationale consolidée avec toutes les données déjà ouvertes (le travail sera effectué par les équipes du PAN) ;

  • Créer des outils de saisie et des validateurs selon le schéma arrêté, sur le même modèle de ce qui a été fait pour la base consolidée des lieux de covoiturage ;

  • Valoriser les données avec les réutilisateurs pilotes.

Cette démarche reste une démarche non-obligatoire, mais qui est néanmoins proposée aux collectivités volontaires. D’autres producteurs ou réutilisateurs pilotes qui nous lisent ici et qui ne se seraient pas manifestés peuvent nous contacter à contact@transport.beta.gouv.fr pour participer à ces travaux.