Qu’est-ce que le Point d’Accès National ?

À quoi sert transport.data.gouv.fr ?

Le besoin des usagers : se déplacer facilement à travers la France, tous modes de transport confondus

La France compte de nombreux services de transports (330 réseaux de transports urbains, des milliers de lignes interurbaines, une offre de services de vélos, de trottinettes,…) Dans les grandes métropoles, il est difficile de connaître toutes les options de transport disponibles. Dans les zones rurales, il peut être difficile de savoir comment se déplacer sans recourir à la voiture individuelle : comment se rendre facilement de Figeac à Gourdon, dans le Lot, en transport en commun ?

L’accès à une meilleure information facilitera l’adoption de nouveaux modes de mobilité. Les applications d’aide à la mobilité offriraient un service aux usagers bien meilleur si elles prenaient en compte l’ensemble des agglomérations et des modes de transport, mais les données nécessaires manquent souvent, qu’il s’agisse des horaires théoriques ou en temps réel, des données d’accessibilité, des tarifs...

Dans certains pays européens (Royaume-Uni, Pays-Bas…), l’ouverture des données de transport est mise en œuvre depuis plusieurs années. En France, transport.data.gouv.fr aide les acteurs de la mobilité à publier leurs données et les rend accessibles sur une plateforme unique, ce qui facilite leur réutilisation par les services d’information sur les déplacements.

L’ouverture des données de mobilité vise à favoriser le développement meilleurs services d’information numériques sur les déplacements, pour le plus grand bénéfice des usagers.

Le cadre législatif : le règlement européen et le projet de Loi d’Orientation des Mobilités

Le règlement (UE) n° 2017/1926 du 31 mai 2017 sur la mise à disposition, dans l'ensemble de l'Union, de services d'information sur les déplacements multimodaux définit les règles en matière d’ouverture des données. Ce règlement demande à chaque État membre la création d’un Point d’Accès National (PAN) qui référence l’ensemble des données de mobilité nécessaires à l’information des voyageurs sur le territoire. La loi d’orientation des mobilités, actuellement en débat au parlement, précisera le règlement européen.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES - DGITM) s'est associé au programme beta.gouv.fr pour réaliser la plateforme transport.data.gouv.fr, en s’appuyant sur la plateforme des données publiques de l’État data.gouv.fr.

La réalisation du Point d’accès national aux données est l’une des actions menées dans le cadre du Comité stratégique « données - MaaS » mis en place par le ministère des transports. L’objectif est de mobiliser les acteurs, pour assurer la réussite de l’ouverture des données et faciliter la réalisation des projets Mobility as a Service (MaaS), combinant l’information et la billettique multimodales.

Les données disponibles sur le Point d'accès national

L’ensemble des données utiles à l’information voyageur au sens large sont concernées par la mise à disposition via le Point d’Accès National, et ce pour tous les modes de transport, qu’ils soient publics ou privés. La liste des données statiques et dynamiques est disponible en annexe du règlement (UE) n° 2017/1926.

En mars 2019, le PAN héberge les données d’horaires théoriques de transport en commun de 125 autorités organisatrices de la mobilité sur 330 et 4 régions sur 12, couvrant 50% de la population bénéficiant d’un réseau de transport local :

L’équipe de transport.data.gouv.fr a également commencé à référencer d’autres types de données :

  • Lignes régulières de transports publics (bus, tram, métros) – temps-réel : 5 agglomérations-pilote ;

  • Aires de covoiturage : 2.200 aires dans 70 départements ;

  • Bornes de recharge de véhicules électriques : 10.600 à travers la France ;

  • Vélos en libre-service : 3 jeux de données ;

  • Bus longue-distance : 3 jeu de données.

>> Toutes les statistiques du déploiement à jour ici.

Le PAN est destiné aux producteurs de données (collectivités territoriales, entreprises de transport...) et aux réutilisateurs de données (développeurs, applications de calcul d’itinéraires comme Mappy, services d’information,…). Les usagers en bénéficient de manière indirecte grâce à ces services d’information sur les déplacements.